Chercher blog.fr

  • EMOTIONS

    IA ORANA (bonjour en tahitien) les Ami(e)s.

    Déjà 3 semaines, depuis Gruissan.
    Après avoir installé Pauline à Marseille et remercié ma maman d’avoir accepté de me suivre dans cette aventure (toutes deux ont adoré !), j’ai regagné le Pacifique sud et repris le chemin du travail, à l’usine de jus de fruits de Moorea. J’ai retrouvé ma femme et mes deux autres filles, heureuses de me retrouver en si bon état ( ! ). J’ai dû plonger aussitôt dans les dossiers et je viens d’effectuer (avec succès cette fois ci !) la « Transe tahitienne » : 18 jours de boulot intense !!!
    Je profite de ce weekend pour classer mes photos de la TG, regarder celles de Willem (superbes !), de Pascal, et lire les différents récits de chacun. Un profond sentiment de nostalgie resurgit : certes, mon abandon est pesant car c’était la 1ère fois que je renonçais, mais mon esprit est rempli de souvenirs et j’éprouve un réel bonheur d’avoir partagé tant et tant avec chacun.
    TG108

    Tout d’abord, avec Philippe, notre sacré « petit suisse » à la volonté inébranlable ; nous aurons fait quelques centaines de kilomètres ensemble ( !) et ce n’aura été QUE du bonheur. Merci Philippe ; ton épouse et tes trois filles peuvent être fières de toi.
    DSC06381

    Et puis bien sûr Laurent, avec qui j’aurai également partagé non seulement une arrivée d’étape ensemble (Chateaubriand) et d’autres étapes, mais SURTOUT une amitié qui m’aura permis de vivre jusqu’au bout cette sacrée aventure ; à travers toi, j’ai l’impression d’avoir couvert l’ensemble des 1.150 kms. Merci aussi Laurent pour m’avoir demandé de terminer les derniers kilomètres jusqu’à Gruissan ; j’en ai encore des frissons, sensations d’être dans ce groupe de sportifs d’exception à l’esprit si sain et respectueux des valeurs du sport (il y avait Laurent, Christian, Werner et Sebastian). Bonne continuation Laurent dans tes nouveaux challenges ainsi que pour ton boulot sur Paris ; et bises à ta femme et tes deux fils. Le bonjour à Christian dès que tu le verras.

    Merci Jacques : tu m’auras fait rêver tout au long de nos échanges. Bonne chance dans tes nouveaux défis ; j’ai commandé ton livre et l’attends avec impatienc… en attendant le prochain ! Bien le bonjour à Sébastiao ; remercie le pour ses bons soins et ses encouragements. Une belle âme aussi.

    Que d’échanges aussi avec Thierry et Kevin, l’enfant-roi de la TG06. Magnifique. Un énorme bravo à tous les deux.

    Merci encore à Yves, qui a accepté de m’aider dans mes moments de doute et douleurs, et ce malgré sa fatigue ; et surtout je te souhaite tout le bonheur du monde afin qu’enfin des prémisses de solution apparaissent dans ce combat que tu mènes avec force en compagnie de Malou et Yvon (extraordinaires tous les trois). Et puis, vous aurez porté haut et beau les couleurs de Lesneven… ainsi, mon père sera moins attristé de ma contre-performance !

    A Pierre-Mackaël : mes excuses pour ne pas t’avoir trouvé ta glace préférée ! J’espère que tu retrouveras rapidement tout ton physique ; quant au mental, pas de problème il est indestructible !

    J’ai une pensée particulière à ceux avec qui j’ai partagé tant de « courage », « come on », « à plus: »… durant les 10 premières étapes : l’immense Don (le bonjour aussi à la super assistante canadienne), les si gentils Théo et Jos, Thierry et Pierre-Mickaël, les 10 derniers kms de folie avec Kelvin l’Aussie ( !), et puis bien sûr tous le monde sur ma dernière étape où j’ai eu la joie de prendre une photo de Willem devant un taureau impressionné (voir sur son site) !
    En repensant à tout cela, l’émotion me monte. Il y aura eu tant de gentillesse, d’encouragements (MERCI Marcel, Marie Louise, Gérard, Jacquemine, Cathy, Philippe, Jacques, Damien, Charles, Jean-Hervé, Michel, …). Je garderai à jamais le sourire de Regina, de Fabrice, de Heinz, le rire de Malou, la beauté dans l’effort de Rosemarie, l’humour de Romain, les techniques de Daniel, Raymond le « guerrier », le courage de Philippe avec le soutien de son épouse, celui de Pascal et Jim, le calme de Xavier, les indestructibles Werner et SebastianBernard : dès que je la vois, je t’envoie une photo dédicacée de Mareva George pour ta fille ! Enfin, bravo à Patrick qui m’aura prouvé encore qu’il était fait pour ce genre de course et le meilleur ambassadeur de Tahiti.
    TG012

    Je garderai A JAMAIS cet instant du samedi matin 26 août au départ de la 11ème étape à Bourganeuf, dans le gymnase, lorsque je vous ai annoncé mon renoncement et ma volonté de ne garder que du plaisir en mémoire : vous êtes venus les uns après les autres dans mes bras par solidarité et affection, juste avant votre départ. Ce fut fort et cela restera fort.

    Merci à ceux que vous ne connaissez pas, mais qui comptent aussi énormément pour moi, à savoir les AMIS, la FAMILLE, les partenaires, qui ont été présents pendant toute cette aventure. Ce fut tout simplement GEANT, durant les étapes, aux arrivées, par mails ou blog…

    Et si toutes ces impressions sont bien présentes, c’est grâce à un homme : Jean-Benoît. Gigantesque merci JB pour TOUT CELA ; et désolé encore de n’avoir porté les couleurs blanches et noires jusqu’au bout ! Mais était-ce vraiment là l’essentiel ?

    Dorénavant, je me repose, m’occupe de ma charmante famille, et je vais reprendre tranquillement le vélo et la natation en espérant retrouver de bonnes sensations avant de revenir à la course à pied.
    Bonne continuation à toutes et tous… Et surtout bonne santé.

    Jean-Michel dit "Yan Mi, Papou, dossard 23"

  • 11ème étape, kilomètre 650 : la raison l’emporte…

    Bonjour chers Ami(e)s,
    Et avant tout, un énorme, non, un GIGANTESQUE MERCI pour vos messages, encouragements et soutiens. Cela me touche profondément et m’aide à surmonter les difficultés.
    DSC06203

    La Transe Gaule est une course à part, où la gestion du physique et du psychisme peut varier en l’espace de quelques heures. Depuis le 16 août à Roscoff jusqu’au 23 à Angles sur l’Anglin (522 kms), j’ai vécu des moments de plaisirs intenses ; mais je reviendrai plus en détails dans les prochains jours sur cette aventure hors du commun.
    DSC06259

    Le 24, entre Angles sur l’Anglin et St Sulpice les Feuilles (69 kms) une première douleur au « releveur » du pied gauche (inflammation du tendon) m’oblige à modifier ma foulée, mais c’est surtout la présence de sang dans les urines qui m’inquiète le plus. A l’arrivée, les « anciens » m’incitent à repartir…
    Le 25, entre St Sulpice et Bourganeuf (64 kms), la blessure à la cheville va se maintenir (gonflement) mais une autre va apparaître aussitôt : le tendon d’achille du pied droit ; les 22 derniers kilomètres seront très difficiles. La souffrance a pris le pas sur le plaisir ; il reste 8 étapes. Les organisateurs m’incitent à continuer.
    Le 26 c’est l’étape la plus courte (49 kms). Tiraillé entre l’envie de continuer et celle d’arrêter, je vais définitivement pencher pour la RAISON ; en effet, le corps est capable de supporter des souffrances très importantes (d’anciens gaulois me l’ont confirmé), mais les conséquences peuvent être dramatiques ; psychologiquement, certains ont mis plus d’un an pour s’en remettre. Et puis, le risque d’infection urinaire est également possible…
    Donc, non, en ce 26 au matin, devant tout le staff organisation et les coureurs, j’explique mon choix et reviens sur mon objectif initial qui était lié au plaisir ; la douleur ayant pris le pas, il était logique que mon score s’arrête au 650ème kilomètre… J’ai appris beaucoup durant ces 10 jours : l’ultra-distance à étapes est un sport à part où les techniques de préparation, de course et d’alimentation sont différentes des marathons ou 100 kms… Mais la relation humaine est toujours aussi forte. Bonne chance donc à tous ceux qui continuent l’aventure…

    Certains d’entre vous seront sans doute déçus, mais je sais que vous comprendrez. J’ai parcouru plus de la moitié de l’épreuve, j’étais encore 9ème au général… Je resterai donc un ½ gaulois et j’aurai une ½ étoile sur mon tee-shirt !!! Je suis heureux du travail accompli. Et puis d’autres rêves, d’autres voyages viendront encore…
    Désormais si quelqu’un souhaite se lancer dans l’aventure de la Transe Gaule, je pense que je pourrai être de bons conseils ; j’ai vu, entendu et appris. Avis aux amateurs.
    DSC06372

    Je reviendrai vous relater mes impressions dans quelques jours. Pour l’instant je vais continuer de me soigner (actuellement c’est éléphant man aux chevilles !).
    MERCI à toutes et tous, merci à la famille et aux amis qui étaient présents sur les différentes étapes, et bien entendu affection toute particulière à Pauline ma fille aînée qui m’aura assisté durant les 7 premières étapes et à Annick ma mère qui aura vécu cette aventure dans son intégralité à mes côtés.
    DSC06200

    Pensées à mes partenaires.

    Bises à vous tous.
    A bientôt.

    Jean Mi

  • à tous mes amis

    Je vous écris de la part de Jean-Michel,qui ne peut, jusqu'à présent alimenter son blog car il ne croise aucun point internet dans les villages qu'il traverse. A tous ces amis, RV sur "yanoo.net", puis "Transgaule", pour suivre les étapes et les classements. Il va bien, et est 10ème au général.Encore Merci à tous pour vos encouragements et soutiens.

    Virginie

  • TG06 : J - 3

    Paris, le 13 août 2006 : J-3

    Cher(e)s ami(e)s,

    Alors qu’il pleut sans cesse sur le pavé parisien, j’ai la tête dan les étoiles…
    Il est 8h00 du matin en ce dimanche du mois d’août ; je cours, sans doute les dernières foulées avant le démarrage de la Transe Gaule, depuis le faubourg poissonnière jusqu’à la Madeleine, puis l’Opéra ; bifurquant à gauche j’aperçois la place Vendôme et au bout la rue de Rivoli ; je tourne à droite et après 500m apparaît l’obélisque et les grandioses Champs Elysées ; je décide d’emprunter les jardins des tuileries où je croise de nombreux autres joggeurs ; je passe sous le Carrousel et s’élève, soudain devant moi, la somptueuse pyramide du Louvre ; deux tours complets au beau milieu des touristes ne suffisent pas à éteindre mon émerveillement… Je viens de parcourir quelques 12 kms dans ce Paris, toujours aussi envoûtant…

    Après les tracasseries physiques du mois de juillet qui ont remis en cause ma participation à cette Transe Gaule 2006, en ce 13 août, j’ai le moral au beau fixe. Le physique ne sera certainement pas au top de mes espérances et il me faudra montrer beaucoup de patience et d’attention, mais le mental est bon. Je vais tenter de gérer ma course en fonction de ces éléments ; partir de Roscoff sur un rythme lent afin d’éviter toute nouvelle inflammation veineuse, laisser le corps s’acclimater durant les premières étapes, puis garder toujours ce plaisir qui donne la force de continuer. Mon objectif est bien de ramener de l’eau de la Manche et de la déverser dans la Méditerranée, à Gruissan Plage.

    Une nouvelle coïncidence vient de plus étayer ma motivation : ma sœur Blandine vient de réaliser un documentaire sur le film « 37,2°, le matin » de Jean-Jacques Beinex (dans le cadre de la sortie du DVD fêtant les 20 ans du film) dont la majeur partie du tournage a eu lieu à … Gruissan Plage. Les cinéphiles avertis vous le diront ! …Je veux donc découvrir ce Gruissan nouveau qui m’avait fait rêver il y a 20 ans !

    Demain, lundi 14, je partirai en voiture vers ma Bretagne natale où m’attend toute la famille des oncles et tantes, cousins, cousines ; ils ont, parait-il, préparé les banderoles « Allez mon Pouloute » (expression familiale affectueuse!)
    Ensuite, le lendemain, mardi 15, aura lieu le briefing de course avant une dernière nuit où il sera difficile de trouver le sommeil.
    Enfin, mercredi 16 à 7h30, le départ de la course sera donner par Monsieur le Maire de Roscoff pour une quarantaine de « fondus du macadam » qui tenteront t’atteindre leurs objectifs.

    Je sais que vous serez présents par la pensée.
    Merci pour votre soutien depuis le départ de ce projet.
    Je pense à vous.
    A très bientôt, pour les premiers commentaires.

    Jean Michel

  • Présentation de la TRANSE GAULE 2006

    «Ce n’est pas parce que les choses sont impossibles qu’on n’ose pas les réaliser,
    c’est parce qu’on n’ose pas les réaliser qu’elles paraissent impossibles.»

    Les nouveaux aventuriers

    1988-Marathon des Sables-Arrivée

    Le corps est une fabrique à rêves éveillés. Une formidable machine que le coureur à pied perfectionne, contrôle, entretient et développe. Pas après pas, le coureur a amassé un capital d’endurance et de maîtrise que personne ne peut lui prendre. Mais qu’est-ce que la richesse sans le renouvellement du plaisir et de l’émotion ? La machine tourne de mieux en mieux, de plus en plus vite, de plus en plus longtemps et l’exigence du coureur s’accroît. L’horizon recule et l’espace l’attire. Tout est possible, à portée de main. Sa course devient tout à la fois finalité et instrument de découverte. De soi et des autres dans de nouveaux paysages. Immergé dans la nature, confronté aux éléments, sur la cime des montagnes ou les cratères des volcans, dans les forêts ou les déserts, il renoue avec des sensations qu’il avait oubliées. L’aventure est là, à un pas !

    En 2005, Jean Michel MONOT s’attaquait au désert de la Vallée de la Mort (Californie) sur deux épreuves mythiques qu’il terminait :

    • La BADWATER RACE : 217 kms en courant avec 4000 m de dénivelé positif et une température atteignant les 55°Celsius.

    Badwater 2005

    • La FURNACE CREEK RACE : 817 kms en vélo avec 12.000 m de dénivelé positif

    Furnace Creek 2005

    En 2006, nouveau défi, nouvelle expérience, découverte :
    la TRANSE GAULE

    1.166 kms de la Manche à la Méditerranée
    Dans la lignée des monstrueuses épreuves transcontinentales qui font rêver les coureurs du monde entier, dans l’esprit des Pédestrians et de La Grande Course de Flanagan, deux amateurs français d’ultramarathon créent en 2001 La Transe Gaule, traversée plus modeste mais néanmoins coast-to-coast de l’Hexagone, sous forme de course individuelle par étapes. Garantie sans déserts brûlants ni lignes droites infinies, à une moyenne quotidienne d’un marathon et demi. Une balade presque raisonnable, en somme !…
    Au total près de 1200 kilomètres de course, des bords de la Manche jusqu’aux rives de la Méditerranée, à travers les vertes provinces de Bretagne, des Pays de Loire, de l’Anjou, du Limousin, de l’Auvergne, de Midi-Pyrénées et du Languedoc-Roussillon, en privilégiant au maximum les routes secondaires à circulation automobile réduite.
    Les règles de course de La Transe Gaule sont délibérément aussi simples que de mettre un pied devant l’autre :
    • une étape d’une distance comprise entre 50 et 77 kilomètres par jour, à couvrir à une moyenne minimum imposée (éliminatoire) de 5,5 km/h,
    • dix-huit étapes en dix-huit jours,
    • classement général unique par cumul des temps de chaque étape.
    Des règles qui réservent a priori le challenge à des coureurs d’ultra insatiables et possédant un sérieux background, tout en restant une épreuve raisonnable dans sa durée… Certes, à l’Homme rien d’impossible, mais foi, audace, courage, enthousiasme et maîtrise de soi seront malgré tout des atouts indispensables pour relever le défi et le mener à bien.

    Parcours Transe Gaule

    L’Ultramarathon, un état d’esprit
    La Transe Gaule est une compétition pédestre. Pourtant, plus que simplement participer à une compétition, prendre part à un ultramarathon reste en premier lieu une expérience personnelle. La volonté des organisateurs est de créer une épreuve où coureurs, suiveurs et bénévoles partageront trois semaines durant, une véritable « aventure » non galvaudée, en commun et dans le climat de droiture, d’intégrité, de fair-play, de fraternité et d’ouverture d’esprit propre aux ultramarathoniens.

    finisher05_donwinkley finisher05_hiroko finisher05_janne

    La France est belle, la traverser à pied une chance et un privilège.

    16 août au 02 septembre 2006
    Transe Gaule 2006 : 18 étapes

    étape jour départ arrivée D+ étape (km) total (km)
    1 Mer./Wed 16/08 Roscoff Plounevezel 725m 68 68
    2 Jeu./Thur. 17/08 Plounevezel Pontivy 660m 65 133
    3 Ven./Fri. 18/08 Pontivy Guer 730m 75 208
    4 Sam./Sat. 19/08 Guer Châteaubriant 530m 68 276
    5 Dim./Sun. 20/08 Châteaubriant St-Georges-sur-Loire 500m 70 346
    6 Lun./Mon. 21/08 St-Georges-sur-Loire Doué-la-Fontaine 430m 55 401
    7 Mar./Tues. 22/08 Doué-la-Fontaine Monts-sur-Guesnes 365m 57 458
    8 Mer./Wed. 23/08 Monts-sur-Guesnes Angles-sur-l'Anglin 560m 64 522
    9 Jeu./Thur. 24/08 Angles-sur-l'Anglin St-Sulpice-les-Feuilles 780m (mi route 5280m) 70 592
    10 Ven./Fri. 25/08 St Sulpice-les-Feuilles Bourganeuf 820m 64 656
    11 Sam./Sat. 26/08 Bourganeuf Peyrelevade 695m 50 706
    12 Dim./Sun. 27/08 Peyrelevade Mauriac 1010m 77 783
    13 Lun./Mon. 28/08 Mauriac Aurillac 1100m 66 849
    14 Mar./Tues. 29/08 Aurillac St-Cyprien-sur-Dourdou 615m 62 911
    15 Mer./Wed. 30/08 St-Cyprien-sur-Dourdou Cassagnes-Bégonhès 860m 57 968
    16 Jeu./Thur. 31/08 Cassagnes-Bégonhès St-Sernin-sur-Rance 885m 55 1023
    17 Ven./ Fri. 01-sept St-Sernin-sur-Rance St-Pons-de-Thomières 1350m 71 1094
    18 Sam./Sat. 02-sept St-Pons-de-Thomières Gruissan-Plage 520m (seconde moitié: 7855m) 69 1166

    L'affiche 2006 :

    Affiche 2006

  • Les PARTENAIRES de JMM pour la TRANSE GAULE 2006

    Cette aventure ne pourra se faire qu'avec l'aide et le soutien de partenaires qui partagent la même soif de défi, de découverte, d'humilité, de dynamisme...
    Ces partenaires sont :

    Logo IDT

    Les PARFUMS et COSMETIQUES
    NICKEL_logo

    Logo BDT

    IDT : Informatique de Tahiti
    La SARL INFORMATIQUE DE TAHITI est une SSII (Société de Services et d'Ingénierie en Informatique) spécialisée dans le négoce de progiciels, la conception de logiciels spécifiques, le conseil.
    La société se consacre principalement à l'informatique de gestion et, par ce canal, aide à la maîtrise des métiers présents en Polynésie Française.
    Slogan : "l'informatique, c'est tout un programme".
    Merci Monsieur Olivier KRESSMANN

    NICKEL : cosmétique pour homme
    Philippe Dumont a passé les dix dernières années à travailler avec les plus grandes marques de cosmétiques. Il a toujours voulu créer sa propre marque, une marque pour les hommes. Nickel a vu le jour en Février 1996. Le concept Nickel, c'est une cosmétique au parler vrai. Le parler vrai, c'est faire ce que l'on dit, dire comment on le fait. C'est aussi la vérité sur les produits sans chichis : un parler franc, direct, un langage d'hommes. Nickel, c'est une gamme de produits qui répond aux préoccupations des hommes et qui propose des formules gonflées ! Parce que la peau d'un homme est plus épaisse, mais aussi parce que souvent elle subit plus d'agressions que celle d'une femme, toutes les formules Nickel ont des taux jamais atteints en cosmétique féminine.
    Merci Monsieur Philippe DUMONT

    BDT : Brasserie de Tahiti
    Implantée à Tahiti en 1914, la Brasserie de Tahiti fabrique de nos jours la célèbre bière HINANO, mais aussi des boissons gazeuses, des jus de fruits et de l'eau, affirmant sa passion et sa volonté de se dédier entièrement au service de ses clients et à la satisfaction des consommateurs. Les marques et produits, les actions et l'implication de la Brasserie de Tahiti dans la vie des archipels, ont contribué à lui conférer une place particulière dans la vie des polynésiens.
    Merci Monsieur Jean-Pierre FOURCADE

  • L'ultra, c'est avant tout une aventure humaine

    Badwater race, Furnace Creek race, Marathon des sables, Trophée de la vallée du Nil, Trans Amazonienne... Des aventures humaines hors du commun. Les photos parlent mieux que les mots...
    1988-Marathon des Sables-Bivouac avec Alex1989-Trophée du Nil-Abou Simbel1988-Marathon des Sables-Tempète2005 - Badwater race avec Loïc2005 - Arrivée Badwater - le team2005 - Arrivée Furnace Creek - le team.

    Merci Virginie, Loïc, Christine, Christophe... et une pensée particulière à Alex

    JMM

  • Découvrez la TRANSE GAULE 2006

    «Ce n’est pas parce que les choses sont impossibles qu’on n’ose pas les réaliser,
    c’est parce qu’on n’ose pas les réaliser qu’elles paraissent impossibles.»

    Les nouveaux aventuriers
    1988 - Marathon des Sables
    Le corps est une fabrique à rêves éveillés. Une formidable machine que le coureur à pied perfectionne, contrôle, entretient et développe. Pas après pas, le coureur a amassé un capital d’endurance et de maîtrise que personne ne peut lui prendre. Mais qu’est-ce que la richesse sans le renouvellement du plaisir et de l’émotion ? La machine tourne de mieux en mieux, de plus en plus vite, de plus en plus longtemps et l’exigence du coureur s’accroît. L’horizon recule et l’espace l’attire. Tout est possible, à portée de main. Sa course devient tout à la fois finalité et instrument de découverte. De soi et des autres dans de nouveaux paysages. Immergé dans la nature, confronté aux éléments, sur la cime des montagnes ou les cratères des volcans, dans les forêts ou les déserts, il renoue avec des sensations qu’il avait oubliées. L’aventure est là, à un pas !

    En 2005, Jean Michel MONOT s’attaquait au désert de la Vallée de la Mort (Californie) sur deux épreuves mythiques qu’il terminait :

    • La BADWATER RACE : 217 kms en courant avec 4000 m de dénivelé positif et une température atteignant les 55°Celsius.

    Badwater 2005

    • La FURNACE CREEK RACE : 817 kms en vélo avec 12.000 m de dénivelé positif

    Furnace Creek 2005

    En 2006, nouveau défi, nouvelle expérience, découverte :
    la TRANSE GAULE

    1.166 kms de la Manche à la Méditerranée
    Dans la lignée des monstrueuses épreuves transcontinentales qui font rêver les coureurs du monde entier, dans l’esprit des Pédestrians et de La Grande Course de Flanagan, deux amateurs français d’ultramarathon créent en 2001 La Transe Gaule, traversée plus modeste mais néanmoins coast-to-coast de l’Hexagone, sous forme de course individuelle par étapes. Garantie sans déserts brûlants ni lignes droites infinies, à une moyenne quotidienne d’un marathon et demi. Une balade presque raisonnable, en somme !…
    Au total près de 1200 kilomètres de course, des bords de la Manche jusqu’aux rives de la Méditerranée, à travers les vertes provinces de Bretagne, des Pays de Loire, de l’Anjou, du Limousin, de l’Auvergne, de Midi-Pyrénées et du Languedoc-Roussillon, en privilégiant au maximum les routes secondaires à circulation automobile réduite.
    Les règles de course de La Transe Gaule sont délibérément aussi simples que de mettre un pied devant l’autre :
    • une étape d’une distance comprise entre 50 et 77 kilomètres par jour, à couvrir à une moyenne minimum imposée (éliminatoire) de 5,5 km/h,
    • dix-huit étapes en dix-huit jours,
    • classement général unique par cumul des temps de chaque étape.
    Des règles qui réservent a priori le challenge à des coureurs d’ultra insatiables et possédant un sérieux background, tout en restant une épreuve raisonnable dans sa durée… Certes, à l’Homme rien d’impossible, mais foi, audace, courage, enthousiasme et maîtrise de soi seront malgré tout des atouts indispensables pour relever le défi et le mener à bien.

    Parcours Transe Gaule

    L’Ultramarathon, un état d’esprit
    La Transe Gaule est une compétition pédestre. Pourtant, plus que simplement participer à une compétition, prendre part à un ultramarathon reste en premier lieu une expérience personnelle. La volonté des organisateurs est de créer une épreuve où coureurs, suiveurs et bénévoles partageront trois semaines durant, une véritable « aventure » non galvaudée, en commun et dans le climat de droiture, d’intégrité, de fair-play, de fraternité et d’ouverture d’esprit propre aux ultramarathoniens.

    finisher05_jannefinisher05_hirokofinisher05_donwinkley

    La France est belle, la traverser à pied une chance et un privilège.

    16 août au 02 septembre 2006
    Transe Gaule 2006 : 18 étapes

    étape jour départ arrivée D+ étape (km) total (km)
    1 Mer./Wed 16/08 Roscoff Plounevezel 725m 68 68
    2 Jeu./Thur. 17/08 Plounevezel Pontivy 660m 65 133
    3 Ven./Fri. 18/08 Pontivy Guer 730m 75 208
    4 Sam./Sat. 19/08 Guer Châteaubriant 530m 68 276
    5 Dim./Sun. 20/08 Châteaubriant St-Georges-sur-Loire 500m 70 346
    6 Lun./Mon. 21/08 St-Georges-sur-Loire Doué-la-Fontaine 430m 55 401
    7 Mar./Tues. 22/08 Doué-la-Fontaine Monts-sur-Guesnes 365m 57 458
    8 Mer./Wed. 23/08 Monts-sur-Guesnes Angles-sur-l'Anglin 560m 64 522
    9 Jeu./Thur. 24/08 Angles-sur-l'Anglin St-Sulpice-les-Feuilles 780m (mi route 5280m) 70 592
    10 Ven./Fri. 25/08 St Sulpice-les-Feuilles Bourganeuf 820m 64 656
    11 Sam./Sat. 26/08 Bourganeuf Peyrelevade 695m 50 706
    12 Dim./Sun. 27/08 Peyrelevade Mauriac 1010m 77 783
    13 Lun./Mon. 28/08 Mauriac Aurillac 1100m 66 849
    14 Mar./Tues. 29/08 Aurillac St-Cyprien-sur-Dourdou 615m 62 911
    15 Mer./Wed. 30/08 St-Cyprien-sur-Dourdou Cassagnes-Bégonhès 860m 57 968
    16 Jeu./Thur. 31/08 Cassagnes-Bégonhès St-Sernin-sur-Rance 885m 55 1023
    17 Ven./ Fri. 01-sept St-Sernin-sur-Rance St-Pons-de-Thomières 1350m 71 1094
    18 Sam./Sat. 02-sept St-Pons-de-Thomières Gruissan-Plage 520m (seconde moitié: 7855m) 69 1166

    Phare de Roscoff

Footer:

Le contenu de ce site wed appartient à une personne privée, blog.fr n'est pas responsable du contenu de ce site.